Être vrai envers soi-même, c’est accorder plus d’attention à ses choix qu’au regard des autres.

Parfois pourtant, on a peur de l’embarras, et on n’ose pas dire ce que l’on pense, même si cela semble nécessaire pour se sentir épanoui. Cela s’appel la Blemmophobie.

Vous est-il déjà arrivé d’être limité par le regard des autres ? Si oui, vous cherchez peut-être trop la validation externe.

Validation interne Vs validation externe :

Les gens qui “s’auto-valident” (validation interne) prennent leurs décisions à partir de ce qu’ils pensent et de ce qu’il ressentent. Il est difficile de les influencer une fois qu’ils ont pris une décision, et encore plus difficile de les intimider ou de les soumettre à une autorité autre qu’eux mêmes. La plupart du temps, ils vont défendre leurs opinions, et ils peuvent être des opposants difficiles si vous essayer de les dissuader. Ils ne font pas attention à ce que les gens pensent d’eux, et puisent leur énergie à l’intérieur d’eux-mêmes, pas de leur environnement. Ils peuvent être heureux dans des situations malheureuses, et vice-versa. Il leur est égal de se faire rejeter par la norme bien pensante. De ce fait, il est presque impossible de les faire se sentir mal pour ne pas agir selon ce que les autres voudraient. Ils n’hésitent pas à innover dans leurs choix, que ceux-ci soient bien acceptés par les autres ou non. S’ils ont choisi de s’améliorer constamment, ils peuvent devenir presque instopables.

A l’opposé, les gens qui cherchent la validation à l’extérieur d’eux-mêmes prennent leurs décisions à partir de ce que la norme sociale de leur environnement leur dicte. Ils sont donc facilement influençable, et la plupart du temps, ils vont changer leurs décisions à partir de ce qu’ils ont vu à la télé, de ce que leur meilleur ami a dit, ou d’un avis émanant d’une autorité extérieure. Ils font attention à ce que les gens pensent d’eux, et s’ils se trouvent rejetés ou “anormaux”, ils se sentent plutôt mal. Ils cherchent avant tout à ne pas se retrouver dans une situation embarrassante car ils ne peuvent pas supporter la pression sociale. De ce fait, ils ont aussi plutôt tendance à bien suivre la mode et à être au courant de ce qui se fait et se dit dans l’actualité.

Ceci dit, pour la plupart d’entre nous, il s’agit d’un mélange entre ces deux tendances. Cependant, si le regard des autres est une limite pour vous, cela signifie surement que vous faîtes trop attention à la “validation externe” à votre goût. Si vous augmentez la “validation interne”, vous gagnez confiance en vos propres choix et vous accordez moins d’importance aux avis des autres. Vous serez donc plus capable de maintenir vos choix face à un regard désapprobateur.

Savez-vous déplaire ?

You have enemies? Good. That means you’ve stood up for something, sometime in your life.

Winston Churchill

Dans cette citation, Winston Churchill explique que si on a des ennemis, cela signifie qu’un jour, on a pris position pour défendre quelque chose. A mon avis cette citation sonne tout à fait vrai.

En effet, dès que l’on prend position, on affirme clairement ce que l’on pense. Avant d’énoncer son avis, on peut encore prendre position d’un côté ou de l’autre d’une idée. Il y a donc une certain fluidité de notre avis qui ne permet pas aux autres de se positionner en conséquence. Dès que l’on décide et que l’on affirme une opinion, notre avis n’est plus fluide, il est fixe. Ainsi, on permet aux autres aussi de se positionner : pour ou contre. De ce fait, il est naturel qu’une partie des uns se positionne pour et une partie des autres contre.

Souvent, pour éviter ce phénomène, on édulcore un peu pour atténuer l’aspect tranché de ses choix et les faire paraître moins abrupts aux autres. D’autant plus quand il s’agit de petits mensonges anodins pour lesquels il serait dommage de provoquer un désaccord potentiel.

D’une certaine manière, affirmer une opinion, c’est se faire des “ennemis”, mais c’est se faire des “amis” aussi. Ne pas avoir d’opinion c’est ne se faire ni l’un ni l’autre. Savoir déplaire à certains permet donc de savoir plaire à d’autres. Et paradoxalement, ne pas savoir déplaire, c’est ne pas savoir plaire non plus.

Care about people’s approval and you will be their prisoner. Lao-Tzu, The Book of the Way.

On peut tout à fait ne jamais prendre de position, cependant, ça rend la vie probablement plus ennuyeuse, et induit une tendance à subir l’opinion des autres plutôt qu’à agir selon ses envies.

Par ailleurs, en plus de permettre aux gens de réfléchir, affirmer une opinion, (par ses idées mais surtout pas ses actes), est un élément indispensable pour avoir une influence sur le monde. Si la norme sociale dicte par exemple qu’il faut boire de l’alcool à l’apéritif, mais que vous avez décidé de ne pas boire, peut importe que la norme soit ainsi depuis des millénaires. Etre le premier à changer cette habitude permet au moins aux autres de réfléchir et, même s’ils réagissent de manière choquée dans un premier temps, cela leur permettra dans le futur de faire de même ou pas. S’octroyer soi-même une liberté par rapport à la norme sociale permet donc aux autres de choisir plus librement de faire de même ou pas. Le plus dur en fait, c’est d’être le premier à se lancer

Definissez vos valeurs

Définir vos valeurs et vos croyances permet de faire ses choix en fonction de ce que l’on est, et donc d’être plus vrai envers soi-même. De ce fait, cela augmente la “validation interne”. Je l’avais fait il y a un certain temps et je dois dire que ça m’a beaucoup aidé. C’est d’ailleurs une réflexion que je compte renouveler. Si vous voulez des conseils et des exercices pour définir vos valeurs, je vous conseille la lecture de cet excellent article de Michael du blog Esprit-riche.